Visitors, The
Titre original: Besökarna
Genre: Horreur , Comédie , Fantastique , Maisons hantées
Année: 1988
Pays d'origine: Suède
Réalisateur: Joakim Ersgård (Jack Ersgard)
Casting:
Kjell Bergqvist, Lena Endre, Johannes Brost, Joanna Berglund, Jonas Olsson, Patrik Ersgård, Bernt Lundquist, Lena Lindblom, P.G. Hylén, Mats Lundberg, Leif Grönvall...
Aka: Paranormal Visitors (Allemagne - dvd) / Los visitantes (Espagne - TV) / Goscie (Pologne)
 

Frank, jeune publiciste américain, part vivre avec sa femme Sara et ses deux enfants en Suède, où il a signé un gros contrat. Très vite, Frank sent que la maison où il a élu domicile abrite un mystère : une série de phénomènes inhabituels l'amène à penser que le grenier est habité par un esprit malveillant. Tandis que Sara reste sceptique, Frank fait appel à Alan, expert en occultisme...

 

 

Sorte de Poltergeist Vs "Ghostbusters" à la sauce Sverige-faucheman, Besökarna est à sa manière l'antithèse de la production hollywoodienne : présence minimale d'effets spéciaux, exploitation maximale de faits et de décors simples, et perceptions sensorielles subjectives, sont ses atouts principaux. Qu'à cela ne tienne, sur ces bases, il n'y a plus qu'à se livrer à une radioscopie des personnages mis dans une situation antagoniste et qui, forcément, ne captant pas la même chose, vont se heurter, ainsi que de rajouter en cours de route un élément censé régler le problème mais qui se révèle vite perturbateur et le tour est joué ! A "Besökarna" de remporter la partie avec malice dans un jeu façon "Fantôme contre fantôme"...

 

 

Exploité en France directement en VHS (chez Fil à Film - cf. VHSdb) sous le titre, certes plus accessible, de The Visitors, Besökarna est le premier film de Joakim Ersgård qui travestira son nom en Jack Ersgard une petite poignée d'années après afin d’œuvrer pour Charles Band. Moins inspiré, il livrera alors deux science-fictions tournées en Roumanie pour la Full Moon Entertainment : "Mandroid" et sa suite, "Invisible: The Chronicles of Benjamin Knight" (Mandroid 2, 1993). Ersgård achèvera sa courte carrière américaine en 1999 après avoir tourné trois thrillers, dont un humoristique, "Living in Peril", mettant en scène Rob Lowe, Jim Belushi et Dean Stockwell, avant de regagner ses pénates scandinaves. Habitué à travailler en famille, il scénarise régulièrement ses films en collaboration avec son frère Patrick qu'il met également en scène. Ainsi trouve-t-on ce dernier ici dans le rôle du facteur. De retour en Suède, les deux frangins tourneront encore deux films ("Jordgubbar med riktig mjölk" en 2001 puis "Rancid" en 2004) avant de prendre une retraite qu'on peut qualifier d'anticipée.

 

 

Pour en revenir à Besökarna, il s'agit, en tout cas à l'époque (le cinéma fantastique et horrifique s'est bien rattrapé à partir des années 90 pour culminer aujourd'hui), d'un des seuls, sinon du seul représentant suédois en matière de maison hantée. Les mauvaises langues auront beau dire que c'est pour cette raison qu'il s'agit du meilleur film de maison hantée suédois, il n'empêche que, bien défendu par ses acteurs, The Visitors peut se targuer de trouver le bon équilibre entre film de peur démoniaque et humour fantasque. S'il ne montre qu'une ou deux secondes l'entité maligne régnant dans la demeure de cette petite famille, Besökarna parvient à instiller dans un premier temps le mystère et le doute : la première partie est en majeure partie élaborée sur le stress du personnage principal dont on constate les hallucinations ; réalité ou vue de l'esprit, le suspens se fait graduel à partir de petits détails : une porte dans le grenier qui reste obstinément close, une branche d'arbre en guise de décoration à l'étage dont émanent des ombres bizarres, voire menaçantes, le bruit d'un plancher qui craque, une légère déglutition des toilettes, le visage d'une épouse semblant afficher un sourire de trolle en pleine nuit, il n'en faut pas plus au jeune publicitaire pressé de trouver une idée afin de ne pas perdre sa maison pour péter un câble. Ce dernier se met à se relever la nuit, à boire des bières au lit, avant de faire appel à un spécialiste en science occulte.

 

 

S'ensuit une seconde partie plus ouvertement foutraque. Le chasseur de fantômes, outre de faire de l'humour vaseux (sur les fantômes), semble lui aussi porté sur la bière, tant et si bien que très vite, la nuit, les bouteilles jonchent le salon. La machine a détection d'entité s'emballe, son propriétaire se trompe également de bouton, déclenchant sa propre peur et, par mimétisme, celle de Frank. Viennent alors (et seulement) se greffer de vrais éléments fantastiques avec la disparition du "ghostbuster" qui, ceinturé par les fils de son appareil, disparait dans une mare d'eau. Et à notre créateur publicitaire de prendre seul le taureau par les cornes jusqu'à escalader sa propre maison, toujours de nuit, la machine à détection d'activités d'énergies paranormales sur le dos, avant de finir pendu par les pieds dans son grenier.

L'humour de Besökarna continue en bonne partie dans ce second round de s'articuler sur le fait que Frank est la seule personne de la maison à assister à toutes ces manifestations paranormales (ou non), ce qui nous vaut de bonnes scènes comiques dont celles-ci : lorsque Sara, son épouse, lasse d'accepter les délires de Frank, décide de prendre la voiture pour aller passer la nuit à l'hôtel, Frank s'accroche à la portière, est trainé sur plusieurs mètres devant le regard médusé de ses deux enfants se tenant à l'entrée de la maison, tombe, puis revient vers ces derniers pour les rassurer : "Maman va revenir, elle est partie faire les courses".

 

 

Doté d'une fin faisant passer l'ensemble pour un mauvais tour qu'on nous aurait joué, The Visitors s'avère être un petit film de maison hantée espiègle, distrayant et sympathique.

 

Mallox

Vote:
 
0/10 ( 0 Votes )
Clics: 597
0
Écrire un commentaire pour ce film Écrire un commentaire pour ce film
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous enregistrer...

Autres films Au hasard...