Hokuto No Ken 1
Genre: Shonen , Manga , Science-fiction
Année: 2008
Pays d'origine: Japon
Editeur: Asuka
Scénario:
Buronson
Dessin:
Hara Tetsuo
 

Ta ta ta ta!! Tu ne le sais pas encore mais tu es déjà mort!!

Cette phrase, bien connue, est apparue sur les écrans TV grâce au mythique Club Dorothée, il y a de cela une vingtaine d'années. L'apparition de la série Ken devait immédiatement provoquer un taulé face à la violence des propos et du graphisme et les sociétés de consommation et de protection à l'enfance annulaient sa diffusion. J'ai lu, qui à l'époque proposait de bon manga, édite pourtant la série de Buronson (scénario) et Hara Tetsuo (graphisme). Pour les 25 ans de Horuto no ken et pour la ressortie sur grand écran du film, les éditions Asuka nous propose une réédition de ce chef-d'oeuvre du manga.

Ce premier tome s'ouvre sur un "superbe" dessin montrant une explosion nucléaire. La terre est un enfer où la loi du plus fort règne. La terre n'est plus aussi productive et le peuple meurt alors que des punks déjantés tout droit sortis de post nuc type Mad Max établissent le règne de la terreur. Dès le début, nous sommes happés par cette violence qui est présente sur chaque page, dès le début nous sommes sidérés par le dessin d'Hara Tetsuo, l'un de mes mangaka préférés. L'homme est pourtant quasi aveugle, ne dessinant que d'un oeil, mais c'est le bon! On est frappé essentiellement par le chara design est plus particulièrement celui des méchants qui ont souvent des corps déformés, des visages marqués par la colère et la violence, à la limite de l'inhumain. Ceux qui ont pu se rendre en juillet 2008 à la japan expo à Paris auront pu admirer les croquis préparatoires réalisés par le dessinateur et comprendre la somme de travail accomplie par ce dernier pour arriver à un tel degrès de maitrise. Étrangement, Ken n'est pas réussi du fait de la multitude de ses expressions mais par ce regard froid qui ne semble trahir aucun sentiment. Mais ce premier tome est justement passionnant car il développe et révèle la personnalité de Ken. Bien sûr, le manga est essentiellement axé « baston » violente mais Buronson, et c'est là tout le génie scénaristique, arrive à créer un vrai personnage avec ses zones d'ombres et ses faiblesses et aussi une vraie mythologie basée sur des sectes d'assassins et d'arts martiaux.

 

 

La première apparition de Ken, c'est celle d'un homme affaibli qui se laisse emprisonné. Le premier combat de Ken, c'est pour une petite fille qu'il veut sauver... Ken c'est à la fois la violence et l'espoir et c'est là toute l'ambigüité de ce manga: l'assassin, le meurtrier n'est pas mauvais, dans le manga de Buronson seul la violence sauve. Aucun Dieu ne vient en aide, Dieu est mort et l'on ne peut compter que sur ses poings. Buronson crée donc une oeuvre à part, sombre, étrange et résolument ambigue, voire pour certains malsaine...

Il est étrange d'ailleurs de remarquer que le deuxième succès de Buronson en tant que scénariste (il est aussi écrivain) c'est Sanctuary, ou comment accéder au poste clef de l'état, et le constat fait froid dans le dos : soit être un politicien avec tout ce que cela implique, soit s'engager en tant que Yakusa... Voilà qui fait un peu plus comprendre l'ambigüité de l'oeuvre de Buronson.

Ken est une oeuvre forte, un classique du manga où derrière le côté sanglant, où les corps explosent, où les crânes se fracassent et où les chairs se déchirent, se cache un propos et ou le seul espoir dans cet enfer c'est le Hokuto, à la fois art martial et secte d'assassins sanguinaires.

 

Ce premier tome est pour moi un petit bijou et graphiquement il tient toutes ses promesses. Superbe, aux dessins originaux et aux cadrages osés. Contre-plongée, utilisation de focales étranges grossissant les personnages (cela serait du au probléme visuel d'Hara Tetsuo), on plonge véritablement en enfer. Sur le long terme, Ken peut lasser car au final chaque arc est une baston. Mais ce graphisme, remarquable entre tous, fait d'un trait unique, travaillant surtout sur l'horizontale, sauve à chaque fois la mise. Les éditions Asuka nous offrent ici Hokuto No Ken dans une version restaurée et qui se fiche de la censure. Car n'oublions pas que le manga a été au fil du temps tant de fois censuré, modifié et même trahi que c'est un vrai plaisir que de le retrouver ici dans une belle version!

Le manga de Buronson et d'Hara Tetsuo mérite presque une analyse planche par planche tant il foissone de détails et de références à la fois à la culture américaine (Mad Max, comics, Carpenter etc...) et à la culture japonnaise et au traumatisme du pays (Hiroshima, Tremblement de terre etc... etc...).

Bref, Ken est bien plus qu'un simple manga de baston ou d'arts martiaux, il est une oeuvre absolue, géniale avec un personnage qui a marqué toute une génération et qui continue à vivre!!

A lire absolument ou a redécouvrir!

 

Note : 9/10

 

Le Cimmerien

 

A propos de ce manga :

 

- Site de l'éditeur : http://www.asuka.fr/

Vote:
 
9.00/10 ( 3 Votes )
Clics: 2102
0
Écrire un commentaire pour cette bd Écrire un commentaire pour cette bd
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Gyakushu Gyakushu
Avec ce triptyque, dont le dernier tome est sorti en mars 2012, Ankama et sa collection Hostile Holster nous convie à découvrir une histoire de vengeance or...
Méta-baron 2 Méta-baron 2
Tétanus œuvre sans relâche pour trouver un moyen de terrasser le Méta-baron et permettre à son maître Wilhem-100 de gagner encore plus de pouvoir et d'i...
Doggybags 4 Doggybags 4
Après un troisième tome "mexicain" vraiment réussi, Doggybags revient une fois de plus, ici pas de thème aussi marqué même si ces trois histoires flirte...

Autres films Au hasard...