Au guet !
Genre: Humour , Thriller-Polar , Comics , Fantasy , Adaptation
Année: 2007
Pays d'origine: Etats-Unis
Editeur: L'Atalante
Collection: Flambant 9
Titre VO: Guards ! Guards !
Scénario:
Stephen Briggs et Terry Pratchett
Dessin:
Graham Higgins
Traduction:
Patrick Couton
 

Autant l'avouer d'emblée : je n'ai jamais lu de romans de Terry Pratchett (à chacun ses lacunes !).

Je serais donc bien en peine de dire si cette transposition d'un de ses romans est fidèle à l'oeuvre originale, tant dans l'esprit que par son background. Mon avis vaut donc ce qu'il vaut et je préfère chroniquer cette BD comme s'il ne s'agissait pas d'une adaptation mais d'une oeuvre originale.

Dans le meilleur des cas, j'aurai au moins eu l'occasion d'avoir un aperçu des histoires et de l'humour de Pratchett. Dans le pire, il me reste toujours le souvenir d'une bande dessinée ma foi très agréable à lire et qui m'a valu quelques bons moments de rigolade.

Tout commence avec un certain Carotte, un grand dadais élevé par des nains que le père adoptif envoie à la cité de Ankh-Morpork pour que son rejeton se fasse engager par le guet, un groupe de représentants de l'ordre à la mine débraillée et au pragmatisme de circonstance. Car le système politique mis en place dans la ville est surtout basé sur un équilibre qui demande souvent quelques arrangements avec une loi que notre nouvelle recrue, d'une candeur angélique et peu au fait de ces subtilités, entend bien appliquer à la lettre selon le code.

Un excès de zèle qui ne fait évidemment pas l'affaire des autres membres du guet ni du gouvernement.

Dans le même temps, une société secrète de gugusses encagoulés projete de renverser, par des pratiques occultistes, le régime autocratique du gouvernant en place appelé le Patricien, un "despote éclairé" qui a bien assimilé son petit Machiavel. Première étape d'un plan mis au point par leur chef : invoquer un dragon pour terroriser la ville. Seulement voilà : dans ce monde, les dragons ne dépassent guère soixante centimètres et ont des allures d'animaux de compagnie. Quand aux autres, les "vrais" dragons cracheurs de feu à la taille imposante et grand consommateurs de jeunes vierges enchaînées, ils sont depuis longtemps relégués au rayon des légendes et autres fariboles. Pourtant, contre toute attente, un dragon au profil adéquat apparaît bientôt dans le ciel d'Ankh-Morpork, mettant la cité en émoi.

Jusqu'à ce que, dans la plus pure tradition, un chevalier fasse lui aussi une apparition trop providentiel pour être honnête. Après une parodie d'affrontement avec la bête qui tient surtout du subterfuge magique, ce personnage falot qui n'est qu'un pion dans la prise de pouvoir du sinistre Lupine Wonse est proclamé roi avec la bénédiction de la foule en liesse et le Patricien emprisonné. Un imprévu (de taille) va cependant se mettre en travers de son chemin : le dragon, furieux d'avoir été ainsi invoqué pour participer à cette comédie. De retour de son propre chef, la bête s'impose vite comme le nouveau tyran d'Ankh-Morpork. Et ses exigences sont plutôt déraisonnables.

De son côté, le capitaine Vimaire, chef du guet (ainsi que Carotte qui, pour être naïf, n'en possède pas moins un cerveau) mènent leur enquête pour démêler les fils de ce sac de noeuds politico-dragonesque. Car il est temps de rétablir l'ordre et l'équilibre (à défaut de parler de vrai justice) dans la cité. Trop de tyrans se bousculent au portique dans cette histoire et on finirait par s'y perdre !

 

Ce petit résumé ne fait bien entendu que survoler une bande dessinée plutôt dense aux nombreux micro-événements qui s'intercalent. Tout au plus peut-on dégager les grandes lignes d'une histoire assez lâche et dont l'intérêt vient davantage de la multitude de situations annexes souvent cocasses, de personnages déjantés et de dialogues bien amenés que d'une intrigue politique parfois un peu embrouillée et servie par une narration qui manque parfois de fluidité.

Entre les histoires personnelles de certains protagonistes (Carotte et ses rapports avec le guet, Vimaire et son histoire sentimentale qui se devine avec l'éleveuse de dragons Dame Ramkin), les intrigues politiques de Lupine Wonse, les assemblées d'une société secrète composée d'une bande de demeurés et la présence encombrante du dragon, le lecteur n'a guère le temps de s'ennuyer. J'ai en tout cas suivi tout cela avec plaisir.

Mais l'essentiel reste bien sûr un humour omniprésent, loufoque, burlesque, parfois noir (les scènes où intervient le Patricien) qui s'amuse avec les codes de la fantasy tout en y allant d'un regard assez cynique sur le pouvoir dans un système de type médiéval où les deux seuls choix possibles pour le peuple semblent être une tyrannie ordonnée garante d'équilibre à défaut de liberté ou un renversement du pouvoir synonyme de chaos). Une histoire qui ne se contente pas de parodier un genre mais y va aussi de son petit discours humaniste sans avoir trop l'air d'y toucher.

Les personnages, dont les allures sont déjà éloquentes (voir la couverture !), n'ont rien de héros et feraient plutôt office de pieds-nickelés aux aspirations peu élevées (voir inexistantes) végétant dans une routine faite de rondes de nuit et de la fréquentation des tavernes. Et même si le capitaine Vimaire - le plus sympathique du guet malgré un abord assez rustre - possède un peu plus d'épaisseur que ses compagnons et un certains sens de la justice qu'il démontre dans la dernière partie, il ne fait guère le poids face à ambitions des puissants, qu'ils soient tyrans, aspirants à l'être ou... dragon.

La cité d'Ankh-Morpork telle qu'elle est présentée dans cette BD est un mélange hétéroclite d'influences architecturales et vestimentaires où le style médiéval côtoie curieusement des éléments plus modernes (le bureau du Patricien est d'un style incontestablement contemporain). Ce choix pourrait déplaire à certains lecteurs préférant un environnement plus homogène mais j'apprécie pour ma part de tels univers composites.

 

En ce qui concerne le dessin de Graham Higgins, je ne l'ai pas trouvé désagréable malgré quelques réserves : l'ensemble est parfois inégal et d'une planche à l'autre, il arrive de temps à autre que certains personnages montrent des différences dans leur physionomie. Autre aspect curieux qui fait écho à l'hétérogénéité du background : des personnages dessinés soit de manière plutôt réaliste dans les traits et un encrage charbonneux (Vimaire par exemple), soit de manière plus caricatural voir humoristique (personnages aux longs/gros nez comme Lupine Wonse ou certains membres de la société secrète). Et lorsque les uns et les autres se retrouvent dans la même scène, l'effet peut paraître étrange.

Mais ce n'est pas la première fois que je remarque cette manière de faire en BD et ce n'est qu'un détail qui ne nuit pas à la cohérence du monde décrit.

 

Note : 8/10

 

Raggle Gumm

 

A propos de ce comics :

 

- Site de Terry Pratchett : http://www.terrypratchettbooks.com/

- Site de l'éditeur : http://www.l-atalante.com/

Vote:
 
8.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 2692
0
Écrire un commentaire pour cette bd Écrire un commentaire pour cette bd
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Autoroute sauvage 1, L' Autoroute sauvage 1, L'
Le monde tel que nous le connaissons n'existe plus, une grande catastrophe a détruit la majorité de l'espèce humaine et des infrastructures construites dep...
Rockabilly Zombie Apocalypse 1 Rockabilly Zombie Apocalypse 1
Une guerre sans précédent contre les zombies a engendré le chaos sur terre, réduisant cette dernière en un véritable champ de ruines.C’est dans ce mon...
Doggybags 3 Doggybags 3
Ce troisième tome de Doggybags se consacre au Mexique, un pays à l'actualité violente et morbide qui fournit un cadre idéal pour l'ambiance de la série l...

Autres films Au hasard...