Castaka
Titre tome: Intégrale
Genre: BD européennes , Samouraïs , Science-fiction , Space-Opéra
Année: 2013
Pays d'origine: France
Editeur: Les Humanoïdes Associés
Scénario:
Alejandro Jodorowsky
Dessin:
Das Pastoras
Couleurs:
Das Pastoras
 

Castaka est une BD qui marque avant tout le retour de Alejandro Jodorowsky à l'univers de "L'incal" et plus particulièrement à son plus célèbre spin-off "La caste des Métabarons". Non que l'auteur ai été inactif ces dernières années puisqu'il a aussi bien donnée dans la SF avec "Showman Killer" et "Ogregod" que dans l'historique avec les "Borgias" ou la fantasy avec "Sang Royal". D'ailleurs, cette nouvelle série n'est pas forcément si éloigné de ces deux dernières.

 

 

 

Sur la planète Ahour La Naine, on préfère vivre et se battre à l'ancienne que de profiter de la technologie de l'empire galactique tout proche. Bref, ce sont les lois de l'honneur et du Bushikata qui règnent, manquer à l'un ou à l'autre contraint au suicide et à la mort ; Sur cette planète à la population peu hospitalière, deux clans, les Amakuras et les Castaka s'affrontent depuis des temps immémoriaux dans un combat qui ne semble pouvoir prendre fin.
Pourtant, lorsqu'un chef Amakuras va enlever et violer la femme de son rival, la guerre va prendre une tournure définitive, puisque par la ruse, les seconds vont pénétrer l'enceinte de la forteresse de leur ennemi afin d'y massacrer la population, mais pas traîtrise et en utilisant un gaz, le chef des Amakuras va les rendre stérile. Pour perdurer, les hommes Catsaka vont devoir compter sur le fruit du viol pour perdurer.
Le héros sera donc un fils illégitime dont le père est mort après avoir profané sa mère tandis que cette dernière va se suicider juste après sa naissance. Dès son adolescence, les femmes du clan lui sont envoyées afin qu'il les engrosse. Il va donc passer une grande partie de sa vie seul et exploiter jusqu'à ce qu'il n'ait plus besoin de ses services. Son mentor va pourtant lui présenter sa fille dont il va tomber amoureux.
Là, on en est à peu prêt à la moitié du premier tome et si on retrouve ce qui faisait le charme des Métabarons, ce mélange de fantasy et de space-opéra où tout semble possible, on retrouve aussi ce qui fait Borgia et sang Royal, c'est à une succession de scènes plus trash et violente les unes que les autres. Certes la saga originale allait pourtant assez loin avec ces incestes à répétitions, supposé donner le plus grand des guerriers !
Dans Castaka, les jurons à chaque réplique ont forcément un côté sexué et la plupart des passages font juste vulgaire, un peu comme si l'auteur voyait jusqu'où il peut aller dans ce style de situation et d'ambiance, à quels moments les lecteurs lâcheront en voyant que ça ne va pas bien loin dans le fond. Il y a pourtant dans cette série quelques passages épiques très réussies et rappelant que Jodo peut être grand.
Ceci-dit, à travers toutes ses saga, on notera que la thématique de la famille incestueuse et ambitieuse, prête à tous les crimes pour réussir face à un monde la plupart du temps encore plus dépravé est étrangement présente. Comme si Jodo ne pouvait raconter autre chose. On notera aussi le thème de l'honneur, présent dans cette saga à travers une version perverti du Bushido, pourtant bien stricte.
Si de Moébius à Dongzi Liu, Jodorowski a montré qu'il savait s'entourer des meilleurs dessinateurs possible, il y a parfois eu des accidents de parcours, à l'instar de Zoran Janjetov sur les Technopères. Ici, on n'est pas dans les premiers cas, mais pas non plus dans le deuxième. Si Das Pastoras évoque forcément Gimenez, son dessin est moins aboutie, plus statique et des postures souvent figées, même si son dessin offre de superbes pages de bataille spatiale.

Les deux premiers tomes de cette nouvelle série n'apporte pas grand-chose de neuf à une saga qui n'en finit plus de perdurer. Le divertissement est pourtant plus que correcte, même si vaut mieux ne pas s'attarder sur le fond, car c'est un divertissement à la Jodo âpre et violent, aussi flamboyant qu'inélégant. Les amateurs de La caste y trouveront probablement leur bonheur, les autres passeront tout de même leur chemin.

 

Tome 1 : Le premier ancêtre
Tome 2 : Les Jumelles rivales


Note : 7/10

 

Stegg

 

A propos de cette BD :

 

- Site de l'éditeur : http://www.humano.com/

Vote:
 
6.00/10 ( 2 Votes )
Clics: 6998
0
Écrire un commentaire pour cette bd Écrire un commentaire pour cette bd
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Doggybags 4 Doggybags 4
Après un troisième tome "mexicain" vraiment réussi, Doggybags revient une fois de plus, ici pas de thème aussi marqué même si ces trois histoires flirte...
Passe-murailles, Les Passe-murailles, Les
A l'occasion de la sortie d'un recueil regroupant les deux tomes des Passe-Murailles, revenons sur cette série intimiste proposant divers récits. Leur parti...
DoggyBags DoggyBags
Dès la préface, Run annonce la couleur : il veut rendre hommage aux publications d'"EC Comics", cet éditeur qui a donné naissance au fameux conte de la cr...

Autres films Au hasard...