Dernières News

Acquasanta Joe - 1971

News image

Après la fin de la Guerre de Sécession, d'anciens soldats démobilisés ont formé une bande de gangsters. Retour express sur un spagh assez pourri...

Fast Reviews | 23 Juin

Dynamite Girls - 1976

News image

Dynamite Girls est une prod Roger Corman dont le rythme est alerte, le ton léger, les flics y sont cons comme des barriques d'alcool de bootleggers, tout cela distille son petit lot de bonne humeur...

Fast Reviews | 17 Juin

5% de risque - 1980

News image

5% de risques demeure l'un des grands oubliés du thriller français tant ce film se révèle passionnant de bout en bout...

Fast Reviews | 16 Juin

Le Voyageur de la peur - 1989

News image

Si Hitcher in the Dark (aka Le Voyageur de la peur) est loin d'être terrible, il se regarde néanmoins comme un thriller convenu mais pas pire que beaucoup d'autres...

Fast Reviews | 11 Juin

Le Fleuve de la mort - 1986

News image

Toujours disponible en dvd chez MGM, Le Fleuve de la mort allie teen movie glauque, thriller, psycho-killer et drame d'une adolescence en pleine transition vers l'âge adulte et, de fait, en quête d'elle-même.

Fast Reviews | 8 Juin

De Palma : embryon

News image

Intéressant de (re)découvrir ces deux De Palma oldies, assez peu convoités finalement, Greetings et Hi, Mom! ...

Fast Reviews | 3 Juin

Jean Rollin sans fin
Écrit par Valor / Mallox   

15 décembre 2010 : petit extrait de "Dialogues sans fin" de Jean Rollin et quelques lignes rédigées après ce qui devait être sa dernière apparition publique le 18 novembre 2010.

 

Juste un extrait. Inutile de s'appesantir sur la triste nouvelle, de nous mettre nous-même en avant par rapport à ce décès, et quitte à verser dans le sentimentalisme, rappelons-nous juste de beaux souvenirs...

 

Coucher de soleil photographié par Valor sur la plage de Pourville-les-Dieppe, l’un des lieux de tournage préférés de Jean Rollin.

 

"C’était la nuit, et c’était le silence. De temps en temps, comme un écho lointain qui cherche à se faire jour, remonte, remonte de très loin, semblait lui parvenir ce qui était peut-être le bruit sourd de la mer et du vent mêlés.

Puis le silence revenait. Installé dans ce silence et cette nuit, il se tenait debout, sans souvenir, sans identité même, comme une absence d’être. Seul l’inexplicable fait d’être en vie l’habitait. L’oubli était devenu ce silence lui-même.

Cette personne debout, ici, la nuit, en silence, qui est-ce ? Ce personnage qui ne se connaît plus marche tout à coup, mains tendues comme un aveugle et ses doigts saisissent un tissu. Ce sont des rideaux. Avec ses deux mains, ses deux bras tendus, il les ouvre, et une lumière de pénombre entre par la fenêtre que cachaient les rideaux. C’est la lueur de la nuit du dehors, la nuit illuminée d’une grande ville, révélant la pièce dans laquelle le personnage se trouve. Il ferme les yeux : il faut que tout disparaisse. Il ne doit rien rester. Ni de lui, ni de ses rêves, de ces images qui hantent et constituent l’assemblage énigmatique de ces dialogues sans fin...

Il faut que tout disparaisse. Il ne doit rien rester.

Et le feu central qui brûle dans sa tête réduit soudain en cendres toutes ses visions intérieures que le vent du dedans éparpille au large !"



Merci pour tout Jean.

Une pensée particulière pour Gabrielle Rollin.

 

----

 

* Interview de Jean Rollin lors du 7eme salon des éditeurs indépendants en novembre 2009.

 

* La soirée du 17 septembre à la cinémathèque

 

* L'interview du 25 septembre 2010 à la boutique Movie 20000

 

* Le Masque de la Méduse

 

* Le 18 novembre 2010 chez HORS-CIRCUIT autour d'un apéro