Au pays des merveilles
Genre: Adaptation , Fantastique
Année: 2010
Pays d'origine: Etats-Unis
Editeur: Paquet
Scénario:
Tommy Kovac
Dessin:
Sonny Liew
 

Ceci n'est pas l'histoire d'Alice, mais de Mary-Ann, la servante du Lapin Blanc que celui-ci confondit jadis avec notre Alice lors de la scène du petit Bill. Mary-Ann est une domestique scrupuleuse, parfaitement à l'aise dans son emploi et plutôt obsédée par la propreté.

De retour chez son maître suspecté par la Reine de Coeur d'avoir comploté contre elle, la pauvre Mary-Ann est bien obligée de suivre le Lapin fugitif dans sa fuite. Réfugiés dans la forêt de Tugley, ils y rencontrent le Chat de Cheshire et échappent de peu aux griffes du terrible Jabberwock. L'un et l'autre, temporairement séparés, finissent pourtant au fond d'un puits de mélasse où a été exilée la Reine de Pique et toute sa cour, victime d'une cabale de la Reine de Coeur. Parvenant à s'en échapper, la petite troupe fait une halte chez le Chapelier Fou et le Lièvre de Mars, toujours coincés à l'heure du thé. Mary-Ann se voit, de son côté, contactée par les Fouineurs, un groupe de résistants admirateurs d'Alice qui tint jadis tête à la Reine et qui cherchent à destituer l'odieuse tyrannie de la Reine de Coeur. Mais la lutte de pouvoir gronde entre celle-ci et la Reine de Pique, également décidée à s'emparer du trône. Mary-Ann, considérer comme un élue bien malgré elle, devra décider de son attitude à adopter dans ces complications politiques, elle qui n'aspire pourtant à n'être qu'une simple domestique consciencieuse. Et lorsque le Chat de Cheshire s'en mêle à son tour, tout cela se met à prendre une tournure franchement chaotique...

 

 

Au pays des merveilles n'est donc pas une énième adaptation du roman de Lewis Carroll, mais bien une nouvelle histoire aux allures de suite avec à la place d'Alice, cette Mary-Ann nommée dans le roman et dont on pouvait se demander qui elle pouvait bien être. Le scénariste s'amuse à nous éclairer à ce sujet, à lui donner un visage, une vie, un caractère et... une aventure qui lui est propre. Une idée bien sympathique.

De la même manière, Tommy Kovac reprend (outre les personnages bien connus) certains éléments qui ne formaient pas la trame du parcours d'Alice au Wonderland (mais aussi au Pays du Miroir) mais étaient seulement cités et/ou suggérés, notamment par le biais des conversations. Ainsi, nous aurons droit à une scène se passant dans un véritable puits de mélasse où (pour faire le lien avec l'histoire absurde racontée par le Loir dans le conte) Mary-Ann rencontre effectivement les trois fillettes Tillie, Elsie et Lacie (dans un état peu ragoûtant...) mais aussi une Reine de Pique aussi maigre et austère que sa "consoeur" peut-être enveloppée et exubérante. De même, la scène dans la forêt de Tugley nous montre de "slictueux toves" (créatures mi-blaireau mi-lézard au nez tirebouchonné) au pied d'un cadran solaire, référence direct à la première strophe du poème Jabberwocky figurant dans De l'autre côté du Miroir, avant de faire apparaître le Jabberwock en personne. Ici et là, certains coins de cases nous montrent aussi des créatures déjà aperçues dans les deux contes, mais qui ne jouent aucun rôle dans cette nouvelle histoire (comme le Griffon et la Simili-Tortue). Citons encore des pièces d'échiquier vivantes, se plaignant de la couche de poussière qui les recouvrent dans la Maison du Miroir...

Bref, les deux auteurs parsèment l'album de références constantes à l'oeuvre de Caroll, que celles-ci fassent partie prenante de l'intrigue ou ne soient que de simples mais délicieux rappels et "échappées".

Mais si ces scènes paraissent parfois digressives, elles ne le sont pourtant pas toujours. Elles peuvent s'inscrire dans une intention en rapport avec l'histoire, mais dont on ne découvre la place qu'elles peuvent y jouer qu'après coup (ainsi de celle avec le Jabberwock par exemple). D'autres sont davantage là pour faire profiter le lecteur de leur potentiel divertissant (la scène chez le Chapelier par exemple) mais sans qu'elles paraissent hors de propos pour autant. Le tout en évitant une trop grande linéarité précipitée propre au film de Tim Burton par exemple, Au pays des merveilles sachant prendre au contraire le temps, tout au long de ses quelques 160 pages, de prendre des chemins de traverses, de séparer les personnages principaux le temps d'un épisode qui les concernent plus particulièrement, pour ensuite les faire se retrouver et de proposer des échanges verbaux et des situations qui "épaississent" l'ensemble. L'album a bien (contrairement aux contes de Carroll) une véritable intrigue qui, d'ailleurs, ressemble un peu à celle du film de Burton (le renversement du pouvoir de la Reine de Coeur et l'existence d'une résistance clandestine) mais cette ligne conductrice n'est pas droite et connaît quelques déviations bien venues et rend son histoire bien moins ennuyeuse et prévisible que, pour rester dans cette comparaison, l'adaptation burtonienne.

Et si ses scènes ne possèdent pas la richesse des différents niveaux de lecture chez Carroll, ses jeux constantsavec la logique et ceux avec le langage (bien qu'elles n'en soient pas dépourvues non plus), l'accent mis sur une loufoquerie bien présente et des références constantes rend sa lecture jouissive.

 

Graphiquement, il est tout d'abord absolument nécessaire de préciser que la couverture (pourtant apparement dessinée par le même Liew) est différente autant dans son trait que dans l'impression d'ensemble qu'elle donne que les planches elles-même. Il ne faudrait donc pas que ceux qui n'apprécient guère le style (assez enfantin) montré sur cette couverture trompeuse s'en tiennent à ce simple coup d'oeil. Je ne saurais trop insister là-dessus.

Pour je ne sais quelle raison, le trait et la mise en couleurs de cette couverture sont très lisses et proches de la simplification d'un dessin animé sage. Il suffit de voir une planche pour constater la grande différence de rendu entre les deux :

Le style se révèle en effet bien plus original, spontané, "jeté", empreint de plus de personnalité. Il traduit aussi très bien le climat de folie du Wonderland et se permet même des incursions graphiques évidentes vers le cartoon frappadingue (comme en témoigne les déformations faciales, plutôt impressionnantes, lorsque des personnages expriment des émotions violentes, la Reine de Coeur tout particulièrement).

Paradoxalement (encore), le look des personnages renvoie pourtant à l'évidence à ceux de l'animéde Disney de 1951, au point qu'on peut parler d'un véritable hommage : Tweedledum et Tweedledee particulièrement, ainsi que le Chat de Cheshire mauve, le Lapin Blanc, la Chenille (devenue certes Papillon, mais gardant à peu près même faciès) et la Reine de Coeur corpulente.

Mais encore une fois, le traitement graphique de Liew est, lui, bien éloigné du film de Disney. Epinglons aussi, en passant, les expressions parfois très proche du style manga et de ses conventions graphiques de Mary-Ann (comme la suppression du nez et de la bouche dans certaines scènes où elle exprime la stupéfaction) alors que, dans l'ensemble, le style utilisé n'a rien de très "manga".

Encore un mélange d'influences intéressant, mais qui en étonnera certains, Sonny Liew étant un artiste manifestement à la croisée de différentes traditions picturales comme on peut le constater également chez d'autres dessinateurs aux origines "métissées" tel que Florent Maudoux (auteur de l'excellente série Freak's squeele).

 

Note : 8,5/10

 

Vorpalin

 

A propos de ce livre :

 

- Site de Tommy Kovac : http://www.tommykovac.com/

- Site de Sonny Liew :  http://www.sonnyliew.com/

- Site de Paquet : http://www.paquet.li/paquet/

Vote:
 
8.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 2827
0
Écrire un commentaire pour cette bd Écrire un commentaire pour cette bd
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Minimum 1 Minimum 1
Ito est un lycéen en marge des autres adolescents, mise à part son ami Saito, qui ne cesse de le taquiner sur le fait qu'il soit encore puceau, il ne parle ...
Chimichanga Chimichanga
Auteurs des aventures de "The Goon", de ses massacres de zombies à répétitions et d'un humour pas toujours fin, Eric Powell a aussi montré avec certains ...
Anima Anima
Une jeune femme blonde se fait réveiller par la piqûre désagréable d'un moustique, après lui avoir réglé son compte, elle décide de partir en balade s...

Autres films Au hasard...