Cités obscures 10, Les
Titre tome: La théorie du grain de sable 1
Genre: Fantastique , BD européennes
Année: 1997
Pays d'origine: France
Editeur: Casterman
Scénario:
Benoît Peeters
Dessin:
François Schuiten
 

Plusieurs phénomènes étranges se succèdent dans un quartier de la ville de Brüsel : une mère célibataire voit apparaître une quantité de sable toujours plus importante dans son appartement ; pour un vieil homme du voisinage il s'agit de pierres pesant toutes exactement 6793 grammes ; un chef cuisinier constate que son poids s'allège de plus en plus sans que son aspect physique s'en trouve modifié.

Tous ces événements semblent avoir un lien avec la visite à Brüsel d'un mystérieux étranger d'apparence exotique venu d'une contrée lointaine et posseseur d'un non moins mystérieux objet. L'énigme s'épaissit lorsque l'étranger meurt, écrasé par un tram, et que l'objet atterrit entre les mains de diverses personnes bien vite désireuse de s'en débarasser. Pour démêler toute cette histoire, une spécialiste des phénomènes inexpliqués, Mary Von Rathen, est dépêchée sur place. Mais entre-temps, ceux-ci ne font que s'aggraver, risquant de menacer la ville tout entière et peut-être même le monde entier.

 

Cet album est le dixième de la célèbre série des Cités Obscures de Schuiten et Peeters, décrivant un univers très cohérent proche du steampunk avec son XIXiè siècle (ou début XXè ?) parallèle à la technique plus avancée. Certains d'entre eux ("Les murailles de Samaris", "La fièvre d'Urbicande," "La Tour") sont devenus des classiques du 9iè Art. Ce nouvel opus s'inscrit bien dans la tradition de la série avec, comme souvent, l'apparition d'un phénomène étranger aux lois normales de la physique et ses retombées. On pense particulièrement ici à "La fièvre d'Urbicande" et son cube qui ne cessait de grandir. Pour le premier tome (l'histoire est un dyptique), le scénariste se contente surtout d'exposer les faits et de planter le décor mais gageons que Peeters, selon son habitude, approfondira son sujet en lui donnant une portée métaphorique et philosophique comme dans les précédents albums de la série, notamment à travers cette fameuse "théorie du grain de sable" dont on peut déjà imaginer le concept ("ce qui est perdu d'un côté ressurgit de l'autre" ou encore "rien ne se perd tout se transforme"). L'intrigue reste pour le moment un peu trop mécanique (les phénomènes, l'enquête qui s'ensuit) et les personnages manquent d'épaisseur mais c'est assez propre à cette série qui a toujours davantage privilégié les idées que la psychologie.

C'est surtout sur le plan graphique que ce nouvel album se singularise (un peu) par rapport aux autres, notamment par le choix du format "à l'italienne" (planches à l'horizontal) qui incite à un découpage différent et présente des cases plus grandes qui donne plus d'espace au dessin de Schuiten. Ce dessin est lui aussi légèrement différent d'albums comme "Brüsel" ou "La frontière invisible" : plus dépouillé, jouant sur les contrastes entre noir et blanc et dans un style qui rappelle la gravure. Ce choix est le bienvenu car le graphisme trop "parfait" et appliqué de Schuiten, son académisme et son souci du détail - notamment dans les architectures - a parfois tendance à me peser. Ici, j'ai eu le sentiment d'un dessin plus aéré, expressif et moins décoratif.

N'empêche que cette série devient vraiment très routinière (la surprise des premiers albums est bien loin), peut-être parce qu'elle s'inscrit dans un plan d'ensemble qui ne permet pas d'en dévier de manière trop radical et surtout un scénariste qui s'en tient souvent à des histoires au schéma identique : une ville factice ("Les murailles de Samaris"), un cube qui grandit ("La fièvre d'Urbicande"), une fille penchée ("L'enfant penchée"), un homme qui perd son ombre ("L'ombre d'un homme"), et maintenant du sable et des pierres qui apparaissent on ne sait comment ni pourquoi.

Pour ceux qui n'ont jamais lu (ou très peu) d'albums de cette série, le "système Peeters" pourra peut-être encore fonctionner. Pour moi, en vieux routard de ces Cités Obscures, l'ennui commence à me gagner.

 

Note : 5/10

 

Raggle Gumm

 

A propos de ce livre :

 

- Site de la série : http://www.urbicande.be/

- Site de l'éditeur : http://www.casterman.com/

Vote:
 
5.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 3046
0
Écrire un commentaire pour cette bd Écrire un commentaire pour cette bd
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Aftermath Aftermath
Alors qu'ils étaient âgés d'à peine une dizaine d'années, Arès et quelques autres enfants étaient des Trigs, des combattants doués de pouvoirs psychiq...
Tony Chu, Détective Cannibale 2 Tony Chu, Détective Cannibale 2
  Après la fuite de Mason, Tony Chu se retrouve avec un nouvel équipier, ou plutôt avec un ancien puisqu'il retrouve son ancien collaborateur John Colby, r...
Rumble 1 Rumble 1
Bobby a un peu la carrure d'un looser, il est serveur dans un bar miteux et radote tard le soir avec son quasi-unique client, le vieux Cogan, vétéran de l'a...

Autres films Au hasard...