Trilogie des joyaux noirs 1, La - Fille du sang
Genre: Fantastique , Erotique
Année: 2010
Pays d'origine: Etats-Unis
Editeur: Milady
Auteur: Anne Bishop
Traducteur:
Claire Kreutzberger
Illustrateur: Larry Rostant
 

Cet été Milady a frappé fort! Beaucoup de nouvelles séries ("Zombie Story", "Cygne noir", et "Lila Black" notamment) au sein desquelles on pouvait trouver l'édition en grand format (s'il vous plait!) des trois volumes constituant "La trilogie des joyaux noirs" d'Anne Bishop.

"Fille du sang" est également le premier roman de cette auteure anglo-saxonne qui a produit bien d'autres séries et consolidé le royaume de Terreille en le développant au cours d'aventures antérieures ("The Invisible Ring") ou bien encore postérieures (le dernier en date "Shalador's Lady" - mars 2010) aux trois livres "fondateurs".

"Fille du sang", "Héritière des ombres" et "Reine des ténèbres" ont remporté en 2000 le William L. Crawford Memorial Fantasy Award. L'avenir nous dira si nous serons amenés à aborder de nouveau ces territoires imaginaires en France. Ce que personnellement j'espère!

 

Ornée du rouge Dorothea SaDiablo, la Haute Prêtresse de Hayll a fait tuer toutes les sorcières qui pouvaient s'opposer à ses projets et soumis grâce à l'anneau d'obéissance les Princes de guerre qui portent un joyau plus puissant que le sien.

Dorothea a détourné les lois séculaires du Lignage pour asseoir sa domination sur le royaume de Terreille. Elle n'a de cesse depuis d'étendre son influence sur les royaumes voisins par l'entremise du cénacle du sablier et ce jusqu'en Enfer, dans le royaume des morts!

Mais une prophétie augurée par Tersa, une tisseuse de toile devenue quasi-folle, annonce le retour de La reine, entité mythique dont le destin est d'être servie par les hommes du Lignage.

Réduits en esclavage, Daimon Sadi et Lucivar Yaslana, fils illégitimes de Sahtan d'Enfer reprennent espoir en faisant connaissance avec une petite fille possédant une appréhension intuitive de la magie et au potentiel inégalable.

Jaenelle dépasse toutes les espérances des professeurs sous l'aile desquels elle se place. Et si elle était la Reine que tous attendent depuis 700 ans?

Mais son jeune âge lui empêcherait d'accéder dès à présent au trône et elle se retrouverait au centre d'une guerre d'influence entre les hommes et les femmes du lignage!

 

La somptueuse couverture de Larry Rostant (c'est également son art qui a été retenu par Milady pour les tomes suivants – c'est lui qui signe aussi les couvertures de la série de Justina Robson) se révèle très vite trompeuse. En effet, la tonalité de cette histoire est bien plus obscure que ne le laisse présager la gamme de verts de sa présentation.

Mais avec le recul, elle illustre parfaitement la candeur qui illumine le personnage principal: Jaenelle représente assurément une bouffée d'oxygène dans un récit sombre et fascinant.

La coexistence de cette enfant avec de sinistres personnages fantastiques, sa capacité à voyager entre la vie et la mort, sont sans conteste des éléments forts de ce roman qui m'ont charmé et surpris!

Dès les premières pages, le lecteur est immergé dans un monde où rien ne lui est épargné. Anne Bishop recrée une ambiance de cour et de harem qui sous entend voluptés sexuelles, cérémonies orgiaques mais aussi séances de tortures castratrices; une société à l'érotisme tout aussi explicite que sa violence (certains aspects mont rappelé "Le domaine de R" de Jacques Sadoul)

Un univers qui se scinde en deux: au royaume des vivants dominé par l'ambitieuse Dorothea s'ajoute celui des morts géré par Sahtan d'Enfer, à l'allure patriarche moins démoniaque que ne le laisse supposer son nom. La magie est présente dans l'un comme dans l'autre.

L'art est hiérarchisé par la couleur des joyaux - du blanc au noir (le plus puissant) en passant par l'opale - que certains détiennent à la naissance.

Certains représentants familiaux de cette classe privilégiée, appelée le Lignage, peuvent en être dépourvus. On les oppose néanmoins à ceux qu'on appelle "les communs".

Les pierres précieuses permettent de canaliser la puissance féerique. Le niveau de celle-ci peut se voir augmenté lors de la cérémonie de l'Offrande. Les magiciens et sorcières de "même couleur" peuvent se reconnaître et communiquer entre eux. Les rapports sexuels entre "ornés" peuvent dégénérer en joutes psychiques: la première fois pour les femmes étant des plus délicates! Les moins chanceuses se voyant glisser vers la folie, le Royaume perverti.

D'Enfer et Terraille vont être bouleversés par la révélation de Jaenelle: une enfant énigmatique, insaisissable, aux origines inconnues (celles-ci et son comportement mystérieux étant sans aucun doute un autre ressort de l'intrigue). Elle va insuffler l'espoir grâce à sa gentillesse et le potentiel qu'on va lui découvrir, et aussi pour le malheur de certains le désir!

Je regrette que certains personnages soient en revanche trop laissés de coté dans ce roman. L'accent est mis sur la Reine en devenir et son apprentissage auprès de Sahtan dans sa première partie, et dans la seconde sa relation avec Daimon Sadi à Chaillot.

Lucivar, exilé à la cours de Zuultah est un exemple. Assassin d'un genre particulier, Onirie est un peu plus présente dans l'action, mais aurait sans aucun doute pu être plus développée.

Anne Bishop, cela s'explique peut-être dans le cadre de ce premier roman qui sert d'exposition, s'attache plus à la psychologie qu'à la description des protagonistes, dont on finit par comprendre, par quelques informations lâchées ça et là au fil des pages, qu'ils ne sont pas tous "humains".

Certains sont ailés, ou bien encore dotés d'ongles acérés ou de "dards" mortels. Les animaux peuvent se révéler eux aussi sensibles à la magie et on en vient à déduire des pratiques" très particulières" (On peut faire le parallèle avec la série "L'assassin royal" de Robin Hobb qui distingue l'Art du Vif).

A ce stade, le lecteur ne sera plus à une perversité près. Perfidies et complots machiavéliques jalonnent le roman!

La coexistence de Terraille (le monde des vivants) et d'Enfer (le monde des morts) n'est pas, elle non plus, très explicite. On ressent toutefois tout du long du récit de nombreuses interdépendances. Certains passages quasi oniriques étayent cette impression, lorsqu'il ne s'agit pas de la mise ne scène de cauchemars amplis d'esprits fantômes!

D'autres contrés lointaines et leurs bestiaires sont aussi évoqués…

 

Assurément, ce parti pris crée un manque, mais laisse entrevoir un univers très riche, avec la promesse d'explorations dans les tomes à venir.

On espère ne pas être déçu, car les pistes pour d'éventuels rebondissements sont nombreuses!

Quoiqu'il en soit (malgré les reproches que je peux formuler et qui me sont personnels), il faut reconnaître qu'Anne Bishop a construit son récit avec beaucoup de savoir faire.

Son style d'écriture est fluide et on est vraiment saisi par la fin de "Fille du sang"!

Elle parvient, peut-être parfois au détriment du rythme, à cristalliser notre attention sur la délicieuse Jaenelle. On ne peut qu'être touché de faire sa connaissance, et l'adorer plus encore une fois découvert ses secrets.

Sorcière peut compter sur un nouveau chevalier servant d'un autre genre en ma personne!

Je suis impatient de lire "Héritière des ombres" pour découvrir sa destinée!

 

Note : 9/10

 

Ludo

 

A propos de ce livre :

 

- Site de l'auteur : http://www.annebishop.com/

- Site de l'éditeur : http://www.milady.fr/

Vote:
 
7.00/10 ( 6 Votes )
Clics: 7625
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Légende d'Eli Monpress 1, La - Le Voleur aux esprits Légende d'Eli Monpress 1, La - Le Voleur aux esprits
Le premier roman que nous propose Orbit en ce début d'année démarre sur les chapeaux de roue et trouve Eli Monpress, le voleur aux mystérieux pouvoirs, en b...
Fissures Fissures
Après être passé par la SF et la fantasy humoristique, Jess Kaan revient au genre et au format qui l'ont fait connaître : les nouvelles fantastiques. Apr...
Magic Cottage Magic Cottage
Lorsqu'en 1999 sortait sur nos écrans le projet Blair Witch, on pouvait lire partout sur les affiches : "on n'a jamais eu aussi peur depuis Shinning". Si la ...

Autres films Achat en ligne
Autres films Au hasard...