Enfer de Gengis Khan, L'
Titre original: Maciste nell'inferno di Gengis Khan
Genre: Peplum
Année: 1964
Pays d'origine: Italie
Réalisateur: Domenico Paolella
Casting:
Mark Forest, José Greci, Ken Clark, Gloria Milland, Roldano Lupi, Mirko Ellis, Howard Ross
Aka: Dans l'enfer de Gengis Khan / Hercules Against the Barbarians
 

Au XIIe siècle, la Pologne est envahie par les hordes de Gengis Khan. Mais ceux ci subissent une défaite cinglante lors du siège de Varsovie grâce à l'aide de Maciste. Déshonoré et déchu, Gason qui commandait les Mongols lors du siège, découvre que l’héritière du trône polonais déclarée morte est toujours en vie. Il décide de retrouver la trace de la jeune femme et de la faire enlever pour la conduire à la cour de l'empereur mongol. Petit détail non sans importance, la jeune femme est fiancée à un certain Maciste qui entreprend alors de la délivrer.



Maciste est personnage populaire qui connut une première période faste à l’époque du muet. Ressuscité en 1960 en pleine vague mythologique, le héros connaîtra un succès considérable en Italie où ses aventures vont se succéder à un rythme effréné (25 en 5 ans).  La plupart de ces films seront retitrés à l’étranger, en remplaçant Maciste par des noms plus populaires comme Hercule, Goliath ou Samson. Mark Forest sera le premier Maciste en Technicolor et celui qui l’interprétera le plus de fois mais d’autres acteurs culturistes interpréteront le personnage comme Gordon Scott, Reg Park, Gordon Mitchell, Reg Lewis, Kirk Morris, Samson Burke, Alan Steel, Richard Lloyd (Iloosh Khoshabe), Renato Rossini (Howard Ross) et Frank Gordon.

Pour L'Enfer de Gengis Khan, le réalisateur reprend les deux acteurs principaux de Maciste contre les Mongols : Mark Forest qui interprète de nouveau Maciste, un rôle récurent pour lui puisqu’il le jouera dans sept films (Le Géant de la vallée des rois, Maciste, l'homme le plus fort du monde, Le Géant de la vallée des rois, Le Retour des Titans, Maciste contre les Mongols, Dans l'enfer de Gengis Khan et Maciste, gladiateur de Sparte alias Maciste et les cent gladiateurs) et la belle Gloria Milland alias Mara Fiè (1940) qui aura une carrière assez courte (moins d’une dizaine d’années) mais qui compte quelques péplums comme Goliath contre les géants, Ursus le rebelle, Goliath et l'Hercule noir, Il gladiatore che sfidò l'impero, Le Trésor des tsars.



L’une des constantes incontournables du genre est la nécessité d’une présence féminine qui contraste avec la bestialité huileuse du rôle-titre. Une kyrielle d’actrices européennes vont tenter leur chance en Italie, mais la main d’œuvre locale nous livrera aussi de magnifiques spécimens comme Giuseppina Greci. Connue sous le nom de José Greci (1941-2017), cette magnifique actrice italienne va faire l’essentiel de sa carrière dans le péplum et le film d’espionnage. Tout commence par un petit rôle de figuration sur le Ben Hur de Wyler, cette petite notoriété va la faire remarquer et lui offrir son premier rôle dans La Vengeance des Barbares et elle enchaîne ensuite toute une série de films mythologiques ou historiques comme Romulus et Remus, Maciste, le gladiateur le plus fort du monde, Les Derniers Jours d'Herculanum, Ursus le rebelle, Foudres sur Babylone, Le Retour des Titans, Goliath et le cavalier masqué, Les Dix gladiateurs, La Vengeance des gladiateurs ou Les Sept gladiateurs rebelles. Alors que le péplum s'étiole, elle se réfugie dans le film d’espionnage : 077 espionnage à Tanger, Opération poker, Un million de dollars pour sept assassinats, Message chiffré, Action héroïne (alias La Filière) ou policier (Maigret à Pigalle) avant de se tourner vers la télévision. Elle abandonnera progressivement sa carrière dans les années septante.



Les amateurs d’Euro-spy connaissent bien le nom de Ken Clark alias Kenneth Donovan Clark (1927-2009), acteur américain au physique de jeune premier. Il débute à Hollywood dans les années cinquante avec des seconds rôles et apparaît dans diverses séries télé,  il sera aussi la vedette de L'Attaque des sangsues géantes. L'acteur part tenter sa chance en Europe où son physique lui permet d'obtenir plusieurs rôles dans des  péplums (Hercule l'invincible, Maciste contre les Mongols) mais jamais en tant que vedette... Cette notoriété qui semble le fuir, Clark va néanmoins l'obtenir grâce aux diverses bandes d'espionnage qu'il va interpréter : il débute avec FBI appelle Istanbul et interprète l'agent français Coplan dans Coplan, agent secret FX 18, mais c'est le rôle de l'agent 077 Dick Malloy dans la trilogie Opération Lotus Bleu, Fureur sur le Bosphore et Mission spéciale Lady Chaplin qui va entériner sa renommée et on le verra par la suite dans Coup de force à Berlin ou Trahison à Stockholm.



Roldano Lupi (1909-1989) est un acteur emblématique qui commence sa carrière par des rôles de jeune premier durant les années quarante comme dans Oui Madame (1941). Après la guerre, il interprète des personnages secondaires et se spécialise dans les rôles de méchant et de traître. Il va ainsi apparaître dans une quarantaine de films d’aventure ainsi divers films de cape et d’épée comme Le Comte de Monte Christo, L’Affaire des poisons, D’Artagnan chevalier de la reine, de flibusterie (Le Boucanier des îles), des jungleries (Les deux Kali-Yug) et bien sûr des péplums (Le Colosse de Rome, La Vengeance des gladiateurs, Le Géant de Métropolis). Durant les années septante, il se consacrera essentiellement à la télévision.  



A l’époque, le réalisateur Domenico Paolella est déjà un vétéran du cinéma italien. Assistant réalisateur sur Scipion l'Africain de Carmine Gallone, il passe à la réalisation en 1939 et se tourne essentiellement des comédies musicales et d’autres avec le comique Toto. Au début des années soixante, il se fait remarquer avec une série de films de pirates (notamment Le Boucanier des îles et L'Île aux filles perdues avec Michelle (Angélique) Mercier. Il aborde ensuite le péplum avec Maciste à la cour du Cheik suivi d'un Maciste contre les Mongols qui impressionne pas mal les amateurs du genre.


Toute l’équipe du film se retrouve pour ce nouvel opus tourné dans les mêmes décors et les mêmes extérieurs que le film précédent. Si Paolella avait privilégié un tournage en extérieur pour Maciste contre les Mongols, cette fois il favorise le tournage en studio, et accumule les références et les morceaux de bravoure. Utilisant ses décors comme des tableaux, il nous gratifie d’une jeune femme accusée de sorcellerie sauvée des flammes par Maciste qui monte sur le bûcher, un affrontement avec un serpent géant (et jaune), un combat au milieu de chevaux de frise bardés de lances, et une splendide salle du trône ornée de vitraux. Moins inspiré que Maciste contre les Mongols (surtout la fin qui semble légèrement bâclée), le film de Paolella reste néanmoins une bonne surprise, le réalisateur ayant réussi l’exercice difficile de faire une variation sur un même thème, dans les limites de son budget, tout en gardant une certaine originalité. Pas grandiose mais hautement recommandable.  

 

The Omega Man

Vote:
 
0/10 ( 0 Votes )
Clics: 752
0

Autres films Au hasard...