Shadow of the Hawk
Genre: Horreur , Fantastique , Aventures
Année: 1976
Pays d'origine: Etats-Unis / Canada
Réalisateur: George McCowan & Daryl Duke (non-crédité)
Casting:
Jan-Michael Vincent, Marilyn Hassett, Chief Dan George, Marianne Jones, Cindi Griffith, Pia Shandel, Jacques Hubert...
 

Les jours et les nuits de Mike (Jan-Michael Vincent), un businessman établi à Vancouver, sont hantés par une figure fantomatique couverte d'un masque tribal et apparaissant à peu près partout (dans ses cauchemars, au fond d'une piscine, à la fenêtre de son gratte-ciel, au rayon lampe-halogène de Gifi, etc.).
Toujours plus insolite, il reçoit un soir la visite de son grand-père, le vieux chef indien Hawk (Chief Dan George) exilé de sa réserve se situant à des centaines de kilomètres de là, dans les forêts canadiennes.
Le vieillard le somme de le raccompagner immédiatement chez lui : la malédiction d'une sorcière est sur le point de ressurgir et l'aide de son petit-fils serait précieuse.
D'abord réticent, Mike accepte finalement et, accompagné de Maureen une journaliste (Marilyn Hassett), le jeune homme se trouvera confronté au terrible mal gangrénant la terre de ses ancêtres.

 

 

Que voici une oeuvre fantastique méconnue et suffisamment bien achalandée pour mériter une seconde jeunesse.

Aux croisées du film d'aventures et de l'horreur, Shadow of the Hawk plonge son bec dans la magie indienne et les mystères de la nature. Pas n'importe laquelle : celle des forêts massives et pesantes détourant la province de la Colombie-Britannique. La même dévoilée sous tous ses conifères par Chris Carter dans "X-Files".

Le scénario rédigé à plusieurs mains (dont celles de Norman Thaddeus Vane connoissé des connaisseurs pour son "Horror Star" et son "Black Room") décrivant un conflit entre, d'un côté magie blanche réservée au très réservé Chef Hawk échappé de sa réserve et homme-médecine à ses heures perdues (c'est à dire 24 H s/ 24) et de l' autre magie davantage noire prescrite par Dsonoqua la sorcière (Marianne Jones), on est en droit de s'attendre à beaucoup de... magie.

Ca ne manque pas, les manifestations surnaturelles pleuvent pour notre plus grand bonheur : femme se changeant en loup, chouette s'évaporant dans un nuage de flammes, spectres se matérialisant sur commande, voiture-fantôme évoluant avec option pilote-pas-dedans-et-même-pas-derrière-non-plus, etc.

Jusqu'à ce trucage hallucinant où le même véhicule termine sa course contre un "mur invisible". L'effet apparait (un comble !) comme saisissant pour ne pas dire percutant.

 

 

Pour ce qui est des périls d'ordre déjà plus réaliste, Shadow of the Hawk n'en manque pas, la promenade bucolique de Jan-Michael prenant des allures de parcours du combattant pire que celui de l'Accro-Branche de Fontainebleau.

Non content de tomber nez à truffe sur un ours (affrontement rendu hélas risible par le recours lors de certains plans à un figurant empêtré dans un costume d'animal et lorsqu'il s'agit de la véritable bête, c'est cette fois le brave Jan-Michael qu'on troque en faveur d'une doublure dont la moumoute grossière calque comme elle peut celle du modèle), Jeannot-Michou n'a ensuite d'autre choix que de traverser un pont branlant bouffé aux mites (et légendes probablement) avant de se ramasser sur la tignasse un guerrier homme-oiseau.

Beaucoup de grabuge donc au service d'une bande plus qu'appréciable et magnifiquement filmée par George McCowan, dont le fameux "Frogs" laissait déjà la part belle à une nature rebiffante.

 

 

Throma

Vote:
 
0/10 ( 0 Votes )
Clics: 2770
0

Autres films Au hasard...