Minimum 1
Genre: Erotique , Science-fiction
Année: 2014
Pays d'origine: Japon
Editeur: Glénat
Collection: Erotic
Scénario:
Maya Miyazaki
Dessin:
Maya Miyazaki
Traduction:
Natsuka Osawa, Anthony Prezman
 

Ito est un lycéen en marge des autres adolescents, mise à part son ami Saito, qui ne cesse de le taquiner sur le fait qu'il soit encore puceau, il ne parle à personne et reste un garçon assez asocial, la seule chose qui le motive dans la vie, c'est la photographie, il passe son temps à ça au sein du club photo du lycée, qu'il a créé et dont il est le seul membre...
Un jour tout va basculer et l'incompréhensible va entrer dans sa vie par l'intermédiaire du lecteur de dvd d'un ordi, une splendide jeune fille en sort complètement dévêtue, autre point marquant : elle est minuscule, vraiment minuscule, tout juste assez grande pour rentrer dans la poche d'Ito.
Haru Nishikujo ne sait pas trop ce qu'elle fait là, mais elle n'a pas d'autres solutions que de confier son salut au jeune garçon...

Minimum inaugure la collection Erotic de Glénat, ce seinen est l'oeuvre de Maya Miyazaki qui, après avoir débuter sur des illustrations pour Playboy Japon, s'est consacré au manga érotique voir pornographique.
Le premier opus de cette série (qui en comporte 4 au Japon) est un probable savant mélange de SF et d'érotisme, partant d'une intrigue rappelant une des références du genre à savoir "Vidéo Girl Aï", la mangaka pose, avec parfois un peu de maladresse, un scénario au potentiel intéressant.
Ce qui caractérise les débuts de cette rencontre entre Ito et Haru est de laisser le lecteur un peu circonspect, l'érotisme ne déborde pas à chaque page, ce qui est plutôt positif pour ménager le public, le coté SF reste également très discret, l'intrigue n'est pas développé et il faut attendre les dernières pages pour avoir de faibles indices... En fait c'est réellement la relation entre les deux protagonistes qui prend toute la place, et là c'est plutôt inégal, quelques scènes arrivent à toucher le lecteur, comme lorsqu'Haru se fait prendre en photo, mais la plupart du temps et surtout sur le début du volume, l'auteure accumule un peu trop de situations incongrues et de réactions exagérées qui décrédibilisent pas mal son histoire.
Graphiquement, rien à redire, Maya Miyazaki cite "Vidéo Girl Aï" comme référence et on retrouve effectivement quelque chose des planches de Masakazu Katsura, le style est précis, détaillé et l'héroïne Haru est superbement mise en valeur !
Un début de tome pas très convainquant mais qui au fil des pages prend un peu d'épaisseur et commence à intriguer, beaucoup de choses vont certainement se jouer dans la suite, on l'attend donc de pied ferme...

Note : 6,5/10

 

gregore

Vote:
 
7.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 1967
0
Écrire un commentaire pour cette bd Écrire un commentaire pour cette bd
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Heure des lames, L' Heure des lames, L'
Bear Park, l'heure des lames est un événement météorologique dangereux où il pleut littéralement des lames de couteau, ici les parents n'ont pas d'enfan...
Louve 4 Louve 4
Louve est de retour dans son village, ses dernières aventures lui ont conférées un peu plus de confiance en soi et surtout un caractère bien trempé, elle...
Harrow County 2 Harrow County 2
Emmy a désormais découvert l’histoire tordue de Harrow County et la nature du lien étrange qui l’unit avec ses habitants. Mais alors que cette connexio...

Autres films Au hasard...