Psycho
Titre original: The Skin Gods
Genre: Thriller-Polar
Année: 2006
Pays d'origine: Etats-Unis
Editeur: Le Cherche Midi
Auteur: Richard Montanari
 

Voici que dans un motel tout ce qu'il y a de plus tranquille et de mieux fréquenté, une jeune femme se prélasse sous la douche. Bientôt une main lève le rideau de douche et un couteau s'érige en objet assassin, s'abattant à plusieurs reprises sur la pauvre victime.
Bien entendu, à l'énoncé de ce simple postulat, vous serez nombreux à penser au Hit et chef-d'oeuvre d'Alfred Hitchcock et vous aurez raison ! (Bon, c'est vrai aussi que le titre vous aura également pas mal aidé...). Oui mais alors voilà que ce meurtre, qui, jusque là restait ignoré, apparaît filmé en lieu et place de la célèbre scène de la douche, sur une édition VHS du "Psychose" de Hitchcock, sur une étagère d'un Vidéo-club...
Nous retrouverons dès lors les deux principaux protagonistes de "Déviances", le précédent thriller de Richard Montanari, à savoir l'inspecteur Kevin Byrne et sa coéquipière Jessica Balzano, tous deux en charge de l'enquête et chacun avec ses méthodes.

Autant dire tout de go qu'il ne faudra pas forcément détenir une cinéphilie à toute épreuve pour goûter aux affres des victimes de ce roman solide, dénué cependant de tout génie, voir même d'originalité, pour se plonger dans les tréfonds d'un serial killer de plus au sein du monde du thriller. Un roman qui rend doublement hommage au cinéma puisque finalement la structure de "Psycho" rappellera celle de films tels que "Le silence des agneaux" auquel il serait difficile de ne pas le comparer (L'inspecteur Jessica Balzano fait beaucoup penser à Jody Foster). Quant aux meurtres eux-mêmes, ils légitimeront à leur manière le titre français (trop) populaire de cet opus, puisqu'après que l'assassin ait reproduit quelques scènes de classiques du genre thriller ou polar porté à l'écran, tel que "Scarface" (je vous laisse deviner quelle scène !) ou "Liaison fatale", on comprendra bien que le tueur n'est pas forcément doté d'une cinéphilie très poussée ou trop élitiste.
Cela n'empêchera tout de même pas le lecteur de se prêter au jeu de certaines devinettes telles que celle-ci  : "Citez moi deux films dont les deux acteurs principaux ont remporté l'oscar du meilleur metteur en scène" (*) - réponse en fin de texte pour les intéressés et outre un côté ludique finalement trop rarement sollicité, ce sont des sentiers archi rebattus que nous arpentons à la lecture de "Psycho". Celui-ci ne tient ni les promesses de "Déviances" qui offrait une plongée plus noire, plus abyssale et même plus débridée, dans la folie meurtrière, ni mêmes celles de "Funérailles", le troisième volet consacré à note couple d'inspecteurs qui pour le coup, mènent ici leur enquête de manière le plus souvent séparée.
Soit, l'ensemble s'avère assez plaisant dès lors que l'inspecteur Balzano anticipe la scène suivante de "Psychose" qui trouvera un écho dans la réalité ; soit, nos deux inspecteurs sont bels et bien nimbés d'une âme sans laquelle le roman noir ne serait pas (Byrne est vieux, fatigué, usé, déprimé/ Balzano a également des comptes a régler avec le passé), toujours est-il que la descente crépusculaire aux enfers qui semblait annoncée, n'aura pas réellement lieu.

Il serait peut-être temps pour certains auteurs dont Richard Montanari, d'aller se nourrir ailleurs que dans quelques classiques du cinéma américain sous peine de n'écrire que de petits plagiats sans âme, des romans "à la manière de..." dont on finit par chercher au final tant ses intentions initiales que son véritable intérêt. Que dire d'un type qui de roman en roman s'enfonce dans ce procédé qui ne dupera finalement que le néophyte, osant même pondre un livre qui s'appelle "7", rappelant le canevas du film "Seven".
Ce n'est certes pas les déclarations mises pour tromper le lecteur, en couverture externe et interne, de James Ellroy, d'Arnaud Bordas ou d'Anne Berthod qui n'y changeront grand chose puisque leurs dithyrambes ne concernent que "Déviances", le travail  à ce jour le plus personnel, et de loin le plus accompli, de Richard Montanary.
C'est d'autant plus dommage que ce à quoi on aurait dû assister, à savoir une belle plongée dans la légende urbaine du monde du snuff movie, ne laissant aucun personnage intact, ne fasse au final aussi peu d'effet et n'implique le lecteur qu'à un niveau superficiel avec un fort sentiment de déjà-vu qui prédomine de pages en pages. Quant à la surcharge de personnages anecdotiques, elle est si mal négociée par Montanari qu'il arrive même que l'on s'égare au passage... dommage que ce ne soit pas dans un club un peu plus privé et select que celui dans lequel nous ait convié cet auteur surestimé après une première oeuvre pourtant prometteuse.

Note : 5,5/10

 

Mallox

 

A propos de ce livre :

 

(*) Il s'agit de Woody Allen et de Sydney Pollack dans "Maris et femmes" et de Clint Eastwood et Kevin Costner dans "Un monde parfait".

- Site de l'auteur : http://www.richardmontanari.com/

- Site de l'éditeur : http://www.cherche-midi.com/

Vote:
 
5.50/10 ( 2 Votes )
Clics: 3370
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Lunes de sang 4, Les - Crépuscules Lunes de sang 4, Les - Crépuscules
Si certaines séries se contentent de suivre leur chemin tranquillement, ne cherchant plus à surprendre, d'autres prennent vraiment des routes inattendues pa...
Boite de Schrödinger, La - Saison Deux Boite de Schrödinger, La - Saison Deux
En 2011 Walrus, l'éditeur numérique, a inauguré un nouveau concept avec la publication de "la boite de Schrondinger" : il s'agit d'un ensemble de rec...
Importance de ton regard, L' Importance de ton regard, L'
Sur la couverture de "l'Importance de ton regard", trois choses attirent d'emblée l'attention du lecteur, le captivent et le subjuguent (et je pèse mes mots...

Autres films Achat en ligne
Autres films Au hasard...